En avant route 2015… Nogaro – Barcelone du Gers 21 km (Étape 2) © Jacotte

image

Temps chaud et moite, 33 degrés mais soleil voilé…heureusement pour nous.
Un jour tout en contraste, émotionnellement, géographiquement et physiquement…
J’ai fait l’ascenseur dans tous ces domaines, ma triplette accompagnatrice aussi mais à moindre mesure.

Géographiquement, on a quitté l’Armagnac pour le Saint Mont, un cru du Gers que j’ai découvert il y a peu…n’hésitez pas à le goûter,
c’est un excellent vin, la p’tite bouteille du samedi midi qu’on ouvre quand les potes passent à l’improviste.
Une étape « presque » plate entre les vignes, les champs de maïs, encore et toujours et des sous-bois.
Des lignes droites aussi qui donnent le vertige car l’œil ne trouve pas son point de chute, alors que le pèlerin a besoin de courbes
pour mettre un pied devant l’autre de façon plus sereine.
Physiquement, contraste entre les premiers kilomètres qui m’ont fait penser abandonner parce que mon genou droit était lardé
de coup de poignard et que ma triplette était loin devant…mais j’ai trouvé la cause de cette attaque sournoise, j’ai donc pu reprendre ma route, accompagnée
de pèlerins. C’est là la force du Chemin, on est jamais tout seul, de parfaits inconnus, se chargent de nous rebooster.

Ma rencontre du jour, c’est Joaro, petit gersois de 8 ans. Il est venu au devant de moâ, missionné par ma triplette pour m’annoncer qu’ils m’attendaient
un peu plus loin pour le déjeuner. Il m’a fait assoir sur une chaise, m’a offert un verre d’eau pour que je sois moins fatiguée et que je marche plus vite…
Une vraie piplette mais un vrai p’tit bonheur, juste à l’heure où je voulais tout fiche en l’air et que la boite à gros mots était prête à s’ouvrir…
Je me souviendrais longtemps de ce p’tit bonhomme.

Émotionnellement, notre quatuor a du puiser au fond d’elle même quand on a vu un panneau, Barcelonne du Gers, 12kms, alors qu’il nous restait
normalement 6 kms…je peux vous dire qu’à cet instant, les jambes vacillent quelque peu parce que la tête et les jambes se sont préparées pour 21 pas pour 27…

Mais l’arrivée valait son pesant de cacahuètes, logés chez Martine et Jacotte (le même surnom que moâ), un p’tit paradis avec piscine, une pintade,des cèpes et un Bordeaux 2008.
La P’tite cerise sur le gâteau qui fait tout oublier et c’est tant mieux car l’envie de repartir est faible après 27 kms…mais nous savons tous que dès demain,
nos pieds voudront remettre un pied devant l’autre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s